Stage avec Pascale LIEVYN

En images,Les spectacles,Photos,Rencontres 1 décembre 2012 14 h 24 min

Samedi 17 novembre? les Kremlimpro prennent leur destin en mains. Ils vont faire un stage de perfectionnement. Mais pourquoi donc me direz vous? Eux qui nous émerveillent déjà tellement? 

En exclusivité, les événements vus de l’intérieur…

Et oui même les meilleurs ont besoin d’avancer… alors, on fait des heures supp, pour peaufiner notre jeu, c’est ça aussi être un Krem.

Pour ce premier stage de l’année en cours, on attaque fort puisque nous accueillons Pascale Lievyn, membre émérite du cercle des menteurs qui popularisa l’impro en France et lui donna ses lettres de noblesse. Aujourd’hui nous allons réviser nos gammes ou plus exactement nos catégories telles que le théâtre de boulevard, Feydeau, le théâtre contemporain. Tout un programme. Nous voici  donc incarnants les principaux archétypes du genre: bourgeois et bourgeoise cocu(e)s  et cocufiant(e)s, cocottes, ministre libidineux, servantes confidentes, amants (boucher) trop entreprenants…

Ainsi, les intrigues prennent forme, s’entremêlent, rebondissent sous les suggestions de notre hôte. Le mensonge règne et s’amplifie, les quiproquos aussi. Ca sentait la pipe, mais qui l’avait bourrée? qui l’avait tétée? Et le boucher qui venait livrer sa viande se vit refuser sa saucisse et ses paupiettes, lui dont la longe si tendre ravissait les papilles de madame.

Nous avons également abordé le théâtre de Tardieu qui caresse l’absurde dans des pièces telles que : Un mot pour un autre ou Finissez vos phrases. Grâce à cette dernière nous avons enfin découvert la maladie dont est atteint notre coach: l’aposiopèse. 

Merci à Madame Lievyn de nous avoir si bien fait sentir l’âme de ces genres si particuliers.  Elle a su nous en insuffler l’esprit, le ton, le langage,  nous donner les traits essentiels pour faire avancer nos futurs impros sur les pas d’un boulevard plus authentique.  Nous voilà armés d’une nouvelle fraicheur pour proposer de belles impros sur ces catégories avec plus de conviction et de crédibilité. 

Mais ce genre d’atelier nous emmène bien au delà et c’est tout notre jeu qui en ressort grandi. On a passé 4 heures conviviales mais intensives, nous sommes joyeux. 

Cela sera également le signe de notre tournoi qui approche:

 4 équipes, de la convivialité, de l’intensité et de la joie. 

À ce carrefour nous tacherons d’éclairer les boulevards du rire…

 

Repondre

required

required

optional